Un gros cadeau ne remplace pas le partage

Texte écrit par Ludovic, le papa de Valentin,  pour la cérémonie d'hommage à Valentin le 4 mai 2021.

J’aimerai que l’on se fasse une promesse.

Valentin nous a remplis d’amour, de passion, de rêve et d’espoir.

On ne se doutait de rien… et puis, ça n’arrive qu’aux autres… mais quand les autres deviennent vous… alors notre vie a basculé.

Je vais vous raconter une histoire. Le dernier moment entre hommes que j’ai partagé avec mon fils.

C’était une belle journée. Valentin, fatigué par la maladie et la chimio, mais actif, a envie de jouer. La matinée s’est bien passée. On a mangé sur la terrasse et puis Maman est partie (Victoria est chez Noune) acheter quelques affaires pour Valentin. Tous les deux dans le jardin, il joue avec une canne à pêche en plastique, celle pour jouer à la pêche aux canards dans la piscine, mais :

« Le fil, Papa, il a disparu. À chercher au garage ! »

Nous voilà partis au sous-sol, il savait exactement où se trouvait la bobine de fil pour aligner les bordures.

« Les ciseaux Papa ! »

Il coupe et fait même le nœud. Il est trop fort mon petit chat !

On remonte sur la terrasse. Valentin dit :

« Papa, accrocher à manger au poisson ! » tout en me montrant l’extrémité du fil.

Je trouve un lardon que Victoria avait fait tomber ce midi, et je l’accroche.

« Papa, aller à la pêche à la plage ! »

La plage, c’est au bord de la Couze, une petite plage que l’on avait trouvée l’été dernier en remontant la rivière avec le quad à Papi. Il était fatigué, j’aurai bien voulu que l’on fasse la sieste.

« Oui mon fils, mais il n’y a plus le quad à Papi…

- Oh, c’est dommage ! Humm, j’ai une idée ! La voiture à Papa ?

- Mais mon cœur, en voiture, on ne peut pas y aller !

- On marche ! »

Là, je me dis qu’il veut vraiment y aller ! Je lui dis :

« On prend ta voiture électrique mon chat ?!

- Ouiiii, la voiture électrique ! »

Je n’ai pas le temps de fermer la maison, qu’il est déjà assis dedans et me lance :

« Aller, c’est partiiii »

Et nous voilà partis dans les rues de Saint Germain à la recherche d’une plage. Après quelques recherches infructueuses car non accessibles, on trouve un vieux chemin plein de ronces.

« Papa, la jungle ! »

Nous voilà arrivés au bord de l’eau. Il est tellement content, et veut même se baigner.

« Mais elle est trop froide mon chou, touche !

- Ah oui, c’est glacé. »

On lance la canne à pêche dans l’eau, mais les poissons ne veulent pas mordre. Du coup, on lance des cailloux. Et de plus en plus gros « Ploufff » pour finir presque par des blocs d’enrochement !

« Aller Papa, très fooort ! »

Après une demi-tonne lancée, voilà des pêcheurs… Un jeune s’approche et montre ses prises à Valentin, frustré de ne pas avoir eu de poisson !

« Papa, le pêcheur, il a tout pris… »

Du coup, on joue avec le sable à faire des châteaux avec un vieux récipient en plastique trouvé sur le bord et on se cache mutuellement les mains dans le sable.

L’après-midi avait filé. Il était temps de rentrer. Moi debout dans la benne de sa voiture, et lui aux commandes, il était trop fier. Il klaxonne et fait coucou aux personnes que l’on croise.

Tout ça pour vous dire, mes amis, parents ou futurs parents que si votre fils ou votre fille vous demande de partager un moment, ça n’a pas de prix, levez la tête et pensez à mon petit gars, le reste attendra sûrement.

Un gros cadeau ne remplace pas le partage. Moi, on m’a privé de tout… Toutes les valeurs que je voulais lui inculquer, toutes les choses que je voulais lui enseigner, lui montrer et tous les espoirs et les rêves que j’avais pour lui… Alors, faites-le vivre au travers des sourires que vous mettrez sur le visage de vos enfants.

Un gros cadeau ne remplace pas le partag